Wednesday, December 11th 2013
Read 478 times

Atelier Rameau: Séminaire de recherche dirigé par Raphaëlle Legrand et Rémy-Michel Trotier




Séances le lundi de 16h à 19h,
un lundi par mois de janvier à décembre 2014

Université Paris-Sorbonne Centre Clignancourt (salle 120)
2, rue Francis de Croisset, 75018 Paris


Jean-Philippe Rameau (1683–1764). Wikicommons
Jean-Philippe Rameau (1683–1764). Wikicommons
Entrée ouverte à toutes et tous.
Programme en ligne:
http://www.atelier-rameau.org


« Je ne le suivrai pas plus loin, Messieurs, & ne vous conduirait pas dans son cabinet, où livré à la composition, il essayoit sur le violon, & quelquefois sur le clavecin, l’effet des airs qu’il imaginoit. (...) lorsqu’il étoit à l’ouvrage, il ne souffroit pas qu’on l’interrompît : malheur à l’indiscret qui perçoit alors jusqu’à lui. »

Maret, Eloge historique de Mr Rameau, 1766.

Alors que ne cesse de croître la connaissance biographique de Jean-Philippe Rameau (né en 1683 et disparu il y a deux cent cinquante ans, en 1764), que l’on cerne de mieux en mieux les circonstances dans lesquelles il créa son œuvre musicale – maintenant cataloguée et progressivement publiée –, que les enregistrements discographiques se multiplient, que son œuvre théorique enfin a fait l’objet d’études fondamentales, les travaux d’analyse portant sur sa musique restent à ce jour encore rares. L’Opéra de Rameau de Paul-Marie Masson (1930), les travaux plus récents d’Emil G. Ahnell puis Graham Sadler, Sylvie Bouissou, Charles Dill, Cynthia Verba ont certes fourni des éclairages nouveaux et divers, notamment sur le corpus des tragédies en musique. Un large champ d’investigation reste cependant ouvert pour mieux comprendre Rameau « à l’ouvrage ». Peut-être est-ce à cause de la difficulté à établir une méthode d’analyse : quoique tonale, la musique de Rameau ne semble pas complètement analysable selon les logiques de la tonalité, du moins telles qu’elles ont été établies à partir de corpus ultérieurs ; mais elle ne l’est pas non plus totalement selon les termes de la pensée musicale en usage à l’époque du compositeur. Quant à sa théorie proprement dite, elle répond à certaines questions mais reste très allusive sur des aspects parfois cruciaux, comme celui de la forme. D’un autre côté, l’essor au sein de la discipline musicologique des approches liées à l’histoire sociale, aux recherches sur la performance practice et sur la réception ont fondamentalement modifié le regard que nous portons sur la partition, trace d’une pratique souvent plus collective qu’il n’y paraît, bien plutôt que relevé fidèle d’une pensée créatrice solitaire et déconnectée du monde.

Il ne s’agit donc pas ici d’envisager la musique de Rameau comme un système clos dont il faudrait dégager les structures, comme l’avait espéré en son temps Paul-Marie Masson, mais de croiser des approches consciemment historicisées : s’interroger sur le statut des sources (manuscrits, imprimés, éditions critiques) servant de support à l’observation, et surtout confronter différentes méthodes d’analyse, « ramistes » (peu de compositeurs ont autant écrit sur la technique de leur art) mais aussi « pré-ramistes » (la théorie de Rameau est postérieure à son apprentissage) et enfin « post-ramistes » (afin d’atteindre les problématiques non explicitement formulées du temps du musicien).

Ce séminaire de recherche répond donc à trois acceptions du terme d’atelier. L’atelier de Rameau, du compositeur au travail dont on tentera de percer quelques secrets de fabrication ; l’atelier Rameau, du maître d’œuvre d’une production collective, notamment dans le domaine lyrique (des apports dans les disciplines littéraires, philosophique ou en histoire du spectacle et pratique de la reconstitution complèteront alors utilement l’analyse musicale) ; l’atelier des ramistes, réuni•e•s pour une dizaine de séances autour d’une sélection restreinte mais variée de pièces brèves ou d’extraits de Jean-Philippe Rameau. Chaque séance sera consacrée à une seule œuvre, pour laquelle plusieurs analyses seront proposées. Ces communications seront à l’occasion du débat mises en relation avec une ou plusieurs interprétations – d'où la participation de chercheurs et chercheuses également musiciens et musiciennes, qui viendront avec leurs instruments, leurs airs de danses et de chant : leurs réalisations de Rameau seront autant d’analyses de sa musique.

avec les contributions de
Jean-Pierre Bartoli, Nathalie Berton-Blivet, Gilbert Blin, Sylvie Bouissou, Muriel Boulan, Philippe Cathé, Benoît de Cornulier, Françoise Depersin, Chloé Dos Reis, Julien Dubruque, Jean Duron, Irène Ginger, Fabien Guilloux, Rebecca Harris-Warrick, Denis Herlin, Annie Labussière, Constance Luzzati, Sarah Nancy, Laura Naudeix, Rafael Palacios, Benjamin Pintiaux, Bertrand Porot, Théodora Psychoyou, Jeanne Roudet, Nahoko Sekimoto, Sandrah Silvio, Thomas Soury, Jean-Claire Vançon, Thomas Vernet,

et la participation musicale de La Camerata Baroque (Université Paris-Sorbonne, dir. Sandrah Silvio), Le Concert Latin (dir. Julien Dubruque), les élèves du département de musique ancienne du Conservatoire national supérieur de musique de Paris (dir. Rafael Palacios), les élèves du département de musique ancienne du Conservatoire à rayonnement régional de Paris et du Pôle supérieur d'enseignement artistique Paris Boulogne-Billancourt (dir. Thomas Vernet), toutes et tous placé•e•s sous la direction artistique de Chloé Dos Reis.

Source: ACRAS

Sabine Chaouche



News

Share this website


Headline video
Interview with Dr Jed Wentz, researcher and performer
Posted by Sabine Chaouche , on 02/05/2012 at 16:47

Gallery

Headline video
Interview de Jean-Denis Monory, acteur et metteur en scène.
Posted by Sabine Chaouche , on 03/01/2012 at 22:03

Newsletter subscription