Tuesday, July 5th 2011
Read 383 times

Retour aux sources, d’Alexandre à James




Oxford accueille pour tout l’été deux expositions remarquables, l’une archéologique, l’autre philologique.


© Hellenic Ministry of Culture and Tourism - Archaeological Receipts Fund
© Hellenic Ministry of Culture and Tourism - Archaeological Receipts Fund
D’Héraclès à Alexandre le Grand.

L’exposition est située au dernier étage de l’Ashmolean Museum rénové (qu’il faut impérativement prendre également le temps de visiter pour ses nouvelles vitrines pédagogiques somptueuses – on est passé d’un musée désuet qui valait pour sa présentation à l’ancienne, à un espace représentatif du dernier cri muséographique). Elle ne se développe que sur trois salles, autour de trois thèmes très précis (le domaine du Roi, le domaine de la Reine, le banquet), et concerne une période assez étroite correspondant aux derniers rois téménides (Philippe II, Alexandre, son fils Alexandre IV assassiné à l’adolescence), mais est d’une qualité exceptionnelle par les objets présentés, venus de l’ancienne capitale macédonienne d’Aegée (Aigeai) et découverts depuis la fin des années 1970 jusqu’à très récemment (2008).

Outre les inévitables vestiges qui témoignent de la vocation guerrière de la dynastie téménide, présentés parfois d’une façon qui rappelle les plus modernes installations dans l’accumulation de leurs tesselles brisées, et complétés par des photos d’autres trésors archéologiques impossibles à déplacer (des fresques en particulier), ces objets donnent une idée frappante de la richesse et du raffinement de cette monarchie pluriséculaire (650-310 av.J.-C.). Les couronnes rituelles de myrthe ou de feuilles de chêne, en or, si délicates qu’elles sont sensibles à la moindre vibration sont à couper le souffle. Les parements d’ivoire des trônes funéraires (en forme de figurines ou de sanglier) attirent également l’attention. Quant au service d’argent pour le vin retrouvé près de la dépouille de Philippe II et d’Alexandre IV, il ne déparerait pas dans une collection Art Nouveau par la perfection intemporelle de sa réalisation (une louche à col de signe en particulier et une coupe à anses serpentines) et il rappelle que la cour macédonienne était réputée pour ses banquets qui pouvaient accueillir quatre cents invités.

Un des intérêts de l’exposition est également de souligner le rôle des Reines, femmes de chef et prêtresses à la fois si elles voulaient asseoir leur influence de façon pérenne en un temps de royale polygamie. Eurydice, mère de trois rois dont Philippe II, et Olympias, mère d’Alexandre, sont ainsi mises en avant. Bijoux et vases à parfums abondent, d’autant plus somptueux qu’ils les accompagnaient dans la tombe.

Même si la section consacrée à la ville d’Aegée (aujourd’huii Vergina) et à son palais paraît bien minuscule et aurait mérité d’être davantage développée, l’appareil documentaire et didactique du reste de la présentation est passionnant et rend cette visite nécessaire.

Oxford, Ashmolean Museum, jusqu’au 29 août 2011.
L’exposition sera ensuite partiellement visible au Louvre d’octobre 2011 à janvier 2012.
http://www.ashmolean.org/exhibitions/heracles/details/


La Bible du roi Jacques Ier

Concurremment, la Bodleian Library offre une manifestation non moins mémorable sur la traduction de la Bible au XVIIe siècle et la « version de référence » qui en a découlé, ouvrage de près de trois cents humanistes.

La présentation est centrée sur le travail des équipes installées à Oxford, au Merton College et Corpus Christi (dont les bibliothèques conservent beaucoup des documents préparatoires) entre 1604 (date à laquelle la réunion d’Hampton Court entre Puritains et Evêques anglicans parvient à se mettre d’accord sur certains points de convergence mais dont seule la décision de produire une traduction consensuelle de la Bible fut réalisée) et 1611 (date de publication que cette exposition commémore). Mais toute l’histoire des Bibles en anglais depuis le Xe siècle est évoquée, depuis la première traduction des Evangiles jusqu’à la floraison textuelle biblique de la Renaissance avec le Nouveau Testament publié en territoire germanique par Tyndale en 1525, la Grande Bible de 1539, la Bible puritaine de Genève en 1560 etc. jusqu’à la publication définitive par l’Oxford University Press en 1769 (la « Oxford standard »).

L’exposition s’attache également à montrer l’influence extraordinaire de la « KJB » sur la langue et la littérature anglophones, de Daniel Defoe à Jane Austen (Le Messie de Haendel, par exemple, est fondé sur un livret tiré de cette traduction) et à nos jours, même si cette Bible est une exception notable au droit du copyright puisqu’elle est libre de droits dans la quasi-totalité du monde, sauf au Royaume Uni où elle fait l’objet d’un « copyright perpétuel » et est encore soumise à autorisations.
En dépit des difficultés inhérentes à une exposition essentiellement constituée de livres anciens, l’érudition textuelle est ici rendue accessible à tous dans de grandes vitrines abondamment commentées et accompagnées d’un appareil multimédia particulièrement riche. On n’est pas davantage gêné par la pénombre qui baigne la pièce, laquelle, au contraire, invite à la méditation sur les différentes versions, les « she/he » versions, la « wicked » version, etc., nommées ainsi en fonction des coquilles particulières que renfermaient certains exemplaires avant leur révision.

Noémie Courtès

Oxford, Bodleian Library, jusqu’au 4 septembre 2011. (entrée libre)
Pour les pressés, un résumé en ligne : http://www.bodleian.ox.ac.uk/news/2011-apr-11
Un dossier beaucoup plus riche est également accessible en ligne : http://www.manifoldgreatness.org/



sc - N. Courtès

New comment:

We welcome comments, discussions or suggestions relating to the website, articles, events or French culture.

However, DO NOT POST:
- Any defamatory comments or insults: respect each other at all times.
- Copyright material as for instance videos, photos, articles from others.

BEFORE posting any message, be aware that:
-Topics/posts encouraging racism or xenophobia will be deleted. If you violate this rule, your account will be automatically banned without prior warning;
- Material that is sexually or otherwise obscene is not permitted on the Forum. Topics/posts containing such will be deleted.



News

Share this website


Headline video
Interview with Dr Jed Wentz, researcher and performer
Posted by Sabine Chaouche , on 02/05/2012 at 16:47

Gallery

Headline video
Interview de Jean-Denis Monory, acteur et metteur en scène.
Posted by Sabine Chaouche , on 03/01/2012 at 22:03

Newsletter subscription