Canular n°21 - 3 - Pièces de Plaute

Niveau : difficile

Retrouvez les véritables titres des pièces de Plaute. Attention aux pièges tendus par notre farceur de service !



L'Amphi triomphe
La Comédie des mânes
L'Arthrite à l'annulaire
Les Baksheeshs
Les Califes
Elastina ou l'étireur de corps
La Cafèt'
Le Paramythe
"Et pis" dit Guss
Les Mémères
Le Charmant
Le Seul Dard fanfaron
La Psalmodie de Brantôme
L'Oeil perçant
Le Petit Cartable grivois
Le Pasteur
Le Corsage
Minus
Les Trois Ecumes
Le Futal


Réponses ci-dessous. Answers below.

Canular n°21 - 3 - Pièces de Plaute
Amphitryon
La Comédie des ânes
La Marmite ou l'Aululaire
Les Bacchides
Les Captifs
Casina ou les Tireurs de sort
La Cassette
Le Parasite
Epidicus
Les Ménechmes
Le Marchand
Le Soldat fanfaron
La Comédie du fantôme (Le Revenant)
Le Persan
Le Petit Carthaginois
L'Imposteur
Le Cordage
Stichus
Les Trois Ecus
Le Brutal




Sabine Chaouche
04/27/2017

European Drama and Performance Studies - list of publications

Published:
N°1 - Le Développement du "grand spectacle" en France: Politiques, gestions, innovations. 1715-1864 - 2013 - 1
N°2 - L'Eloquence du silence. Dramaturgie du non-dit sur la scène théâtrale des XVIIe et XVIIIe siècles - 2014 - 1
N°3 - Le document iconographique dans son contexte : le hors-champ des images du spectacle - 2014 - 2
N°4 - Dance and the Dutch Republic - 2015 - 1
N°5 - Consuming Female Performers (from the 1850s to the 1950s) - 2015 - 2
N°6 - Shakespeare en scène, hier et aujourd'hui - 2016 - 1
N°7 - Le Suicide au théâtre - 2016 - 2
N°8 - Danse et morale, une approche généalogique/Dance and Morality : a diachronic historical approach 2017-1
[HS 1] - Déjouer l'injouable : la scène contemporaine à l'épreuve de l'impossible 2017
N°9 - Écrire pour la scène : auteurs de théâtre (XVe-XVIIIe siècles) 2017-2
N°10 - Masculinité et théâtre. 2018-1
N°11 - Le théâtre au collège. 2018-2

Sabine Chaouche
05/21/2017

Canular n°20 - 2 - Pièces de Sophocle

Niveau moyen

Retrouvez les véritables titres des pièces de Sophocle. Attention aux pièges tendus par notre farceur de service !

Tampax
Anti-gnôme
Les Trolls qui viennent
Vieux type roi
Les Spectres
File l'octet
Le Zip à colonnes
Les Piliers


Réponses ci-dessous. Answers below.

Canular n°20 - 2 - Pièces de Sophocle
Ajax
Antigone
Les Trachiniennes
Oedipe roi
Electre
Philoctète
Oedipe à Colone
Les Limiers

Sabine Chaouche
04/27/2017

Canular n°22 - 2 - Pièces d'Aristophane

Niveau : moyen

Retrouvez les véritables titres des pièces d'Aristophane. Attention aux pièges tendus par notre farceur de service !

Les Acharnés
Les Caves alliées
Les Buées
Les Guêpières
Les Oies d'eau
Les Thermo-souris
L'Aigre Nouille



Réponses ci-desous! Answers below!

Canular n°22 - 2 - Pièces d'Aristophane
Les Acharniens
Les Cavaliers
Les Nuées
Les Guêpes
Les Oiseaux
Les Thesmophories
Les Grenouilles

Sabine Chaouche
05/09/2017

Gallery
Saturday, November 12th 2011
Read 400 times

Une comédie en musique : l’Egisto. Par Noémie Courtès.





Une comédie en musique : l’Egisto. Par Noémie Courtès.
Loin des fureurs massacrantes des Atrides et de l’opéra de Cavalli, l’Egisto proposé par le théâtre de l’Athénée-Louis Jouvet, présentait il y a quelques jours une variation sur une nouvelle tirée du Décaméron de Boccace à l’occasion de la découverte d’une copie parisienne de son manuscrit à la Bibliothèque nationale de France par Barbara Nestola. Cette pièce n’avait d’ailleurs plus été représentée dans la capitale depuis 1646 (c’était au temps où Mazarin tentait d’acclimater l’opéra italien en France, après le succès de La Finta Pazza l’année précédente).

Cette comédie prend aujourd’hui la revanche des critiques qu’elle avait connues au XVIIe siècle : grâce aux sous-titres, la bigarrure des dialectes n’est plus un obstacle à la compréhension, de même que la longueur de l’œuvre au plaisir, puisqu’elle est réduite aux trois-quarts de son étendue initiale (on regrettera cependant que, pour soulager les auditeurs, l’intermède de la fin du deuxième acte ait été repoussé au début du troisième, ce qui brise la continuité avec la scène précédente). Débarrassé en outre de ses implications politiques contemporaines et, qui plus est, difficilement lisible de nos jours en tant que fable de la Contre-Réforme (c’est en effet aussi une méditation allégorique sur la vertu et le renoncement), l’opéra ravit par sa fantaisie désuète et son comique typiquement baroque : un contrepoint entre domestiques (toujours affamés) et maîtres (toujours amoureux), avec scène d’écho, fausse mort et reconnaissance obligées ainsi que des intermèdes particulièrement bien intégrés au livret (de Giulio Respigliosi). Le tout allant, après différents sacrifices qui rythment le troisième acte comme autant d’épreuves de conte de fée, vers une fin heureuse, soulignée par un troisième intermède bucolique dansé, agrémenté de remarquables gazouillis d’oiseau. L’auditeur devait cependant rester vigilant, de peur de confondre les rôles puisque, outre le travesti (Christin Rocci, en « Lucinda déguisée en Armindo, domestique d’Alcida, amoureuse d’Egisto, mais sa sœur en vérité »), trois rôles masculins étaient chantés par une femme avant d’incarner d’autres personnages.

La performance est en effet entièrement servie par des artistes multi-rôles ; onze chanteurs qui participent occasionnellement à l’action, quatre danseurs qui jouent également les machinistes mais sont aussi trapézistes, les onze musiciens du groupe Les Paladins, menés par Jérôme Correas à la baguette et au clavecin (comme la harpiste tient également les percussions).

De fait, le faste d’antan n’est plus et si la musique de Marco Marassoli et Virgilio Mazzocchi continue de séduire, aussi adaptée aux lamenti qu’aux scènes comiques, le spectacle pèche néanmoins un peu par la frugalité du décor, même si l’ingéniosité des madriers transformables – planches dressées en forêt ou abaissées en tréteaux – soutient l’intérêt. La mise en scène dynamique de Jean-Denis Monory, le talent des interprètes, les costumes soignés et le jeu masqué (pour les passages de comédie) n’en apparaissent que plus saillants. Le caractère merveilleux du livret est ainsi préservé, et le spectateur peut donc retourner avec plaisir aux sources de l’enchantement opératique, tissé de charmes et de chants.

Compte rendu par Noémie Courtès.

Paris, Théâtre de l’Athénée-Louis Jouvet, 19-23 octobre 2011.

Sabine Chaouche

New comment:

We welcome comments, discussions or suggestions relating to the website, articles, events or French culture.

However, DO NOT POST:
- Any defamatory comments or insults: respect each other at all times.
- Copyright material as for instance videos, photos, articles from others.

BEFORE posting any message, be aware that:
-Topics/posts encouraging racism or xenophobia will be deleted. If you violate this rule, your account will be automatically banned without prior warning;
- Material that is sexually or otherwise obscene is not permitted on the Forum. Topics/posts containing such will be deleted.