Canular n°21 - 3 - Pièces de Plaute

Niveau : difficile

Retrouvez les véritables titres des pièces de Plaute. Attention aux pièges tendus par notre farceur de service !



L'Amphi triomphe
La Comédie des mânes
L'Arthrite à l'annulaire
Les Baksheeshs
Les Califes
Elastina ou l'étireur de corps
La Cafèt'
Le Paramythe
"Et pis" dit Guss
Les Mémères
Le Charmant
Le Seul Dard fanfaron
La Psalmodie de Brantôme
L'Oeil perçant
Le Petit Cartable grivois
Le Pasteur
Le Corsage
Minus
Les Trois Ecumes
Le Futal


Réponses ci-dessous. Answers below.

Canular n°21 - 3 - Pièces de Plaute
Amphitryon
La Comédie des ânes
La Marmite ou l'Aululaire
Les Bacchides
Les Captifs
Casina ou les Tireurs de sort
La Cassette
Le Parasite
Epidicus
Les Ménechmes
Le Marchand
Le Soldat fanfaron
La Comédie du fantôme (Le Revenant)
Le Persan
Le Petit Carthaginois
L'Imposteur
Le Cordage
Stichus
Les Trois Ecus
Le Brutal




Sabine Chaouche
04/27/2017

European Drama and Performance Studies - list of publications

Published:
N°1 - Le Développement du "grand spectacle" en France: Politiques, gestions, innovations. 1715-1864 - 2013 - 1
N°2 - L'Eloquence du silence. Dramaturgie du non-dit sur la scène théâtrale des XVIIe et XVIIIe siècles - 2014 - 1
N°3 - Le document iconographique dans son contexte : le hors-champ des images du spectacle - 2014 - 2
N°4 - Dance and the Dutch Republic - 2015 - 1
N°5 - Consuming Female Performers (from the 1850s to the 1950s) - 2015 - 2
N°6 - Shakespeare en scène, hier et aujourd'hui - 2016 - 1
N°7 - Le Suicide au théâtre - 2016 - 2
N°8 - Danse et morale, une approche généalogique/Dance and Morality : a diachronic historical approach 2017-1
[HS 1] - Déjouer l'injouable : la scène contemporaine à l'épreuve de l'impossible 2017
N°9 - Écrire pour la scène : auteurs de théâtre (XVe-XVIIIe siècles) 2017-2

Sabine Chaouche
05/21/2017

Canular n°20 - 2 - Pièces de Sophocle

Niveau moyen

Retrouvez les véritables titres des pièces de Sophocle. Attention aux pièges tendus par notre farceur de service !

Tampax
Anti-gnôme
Les Trolls qui viennent
Vieux type roi
Les Spectres
File l'octet
Le Zip à colonnes
Les Piliers


Réponses ci-dessous. Answers below.

Canular n°20 - 2 - Pièces de Sophocle
Ajax
Antigone
Les Trachiniennes
Oedipe roi
Electre
Philoctète
Oedipe à Colone
Les Limiers

Sabine Chaouche
04/27/2017

Canular n°22 - 2 - Pièces d'Aristophane

Niveau : moyen

Retrouvez les véritables titres des pièces d'Aristophane. Attention aux pièges tendus par notre farceur de service !

Les Acharnés
Les Caves alliées
Les Buées
Les Guêpières
Les Oies d'eau
Les Thermo-souris
L'Aigre Nouille



Réponses ci-desous! Answers below!

Canular n°22 - 2 - Pièces d'Aristophane
Les Acharniens
Les Cavaliers
Les Nuées
Les Guêpes
Les Oiseaux
Les Thesmophories
Les Grenouilles

Sabine Chaouche
05/09/2017

Gallery
Wednesday, December 23rd 2015
Read 145 times

Rétrospective Elisabeth Louise Vigée Le Brun au Grand Palais





Elisabeth Louise Vigée Le Brun, Grand Palis jusqu’au 11 janvier 2016 L’art du portrait semble depuis quelques temps mobiliser les conservateurs. Le printemps dernier, la RMN présentait au Grand Palais Velasquez portraitiste ; actuellement, à Londres, on peut voir à la National Gallery les portraits peints par Goya et à la Royal Academy, Jean-Etienne Liotard, auteur inspiré aussi du portrait. A Paris, au Grand Palais, a succédé à Velasquez, Elisabeth Louise Vigée Le Brun. Cette rétrospective, présentée par la RMN, est la première qui ait jamais été organisée en France et la seconde au monde après celle du Kimbell Art Museum de Fort Worth qui remonte à une trentaine d’années. L’initiative est la bienvenue à plusieurs titres. D’abord, en dehors des quelques tableaux qui viennent à l’esprit lorsque est évoquée le nom d’E.L. Vigée Le Brun (la « Tendresse Maternelle », Marie-Antoinette et ses enfants, la Duchesse de Polignac), l’essentiel de son œuvre est méconnu, certains tableaux n’ayant refait surface que depuis peu de temps. Cette exposition, qui présente plus d’une centaine de ses œuvres, dont nombre proviennent de collections privées, révèle la richesse, la diversité et l’évolution dans les techniques (dessin, peinture, pastel) d’une artiste qui se consacra pour l’essentiel au portrait. Ensuite, cette exposition permet de découvrir une « grande femme-peintre », qui eut du mal à s’imposer dans un milieu dominé par les hommes, mais qui réussit, par son talent, ses réseaux et appuis, en particulier celui de Marie-Antoinette, à forcer, avant la Révolution, la porte des grandes institutions, Académie de Saint-Luc, puis Académie royale de peinture et de sculpture. L’exposition, dans une scénographie séduisante, est construite selon un parcours où chronologie et thématique s’entrecroisent. Ce qui était une nécessité étant donnée la longue carrière d’E.L. Vigée Le Brun (elle débute sous le règne de Louis XVI et s’achève au temps de Louis-Philippe) et ses pérégrinations à travers l’Europe dès les débuts de la Révolution et qui la conduisent jusqu’à la cour de la Grande Catherine. Les premières salles sont consacrées aux images de l’artiste, qui témoignent d’une maîtrise de l’autoportrait ; à la représentation de ses proches dont le rôle fut si important pour les débuts de sa carrière ; à ses combats ; à ses succès, auprès de l’aristocratie et du couple royal. Elles donnent à voir aussi celle qui sut peindre l’enfance et l’amour maternel. E.L. Vigée Le Brun ne fut pas l’unique femme peintre de son temps et les commissaires de l’exposition en présentant quelques œuvres de concurrentes réussissent à faire ressortir la supériorité de son talent. Les salles du second étage correspondent au temps de l’émigration, temps où l’artiste, remarquable femme d’affaire, qui constitua une belle fortune, met son talent au service des aristocraties étrangères, napolitaine, viennoise, russe, anglaise. Sollicitée, elle multiplie les portraits, témoignage de son art, de sa capacité à saisir la psychologie de ses modèles, de son inventivité dans le choix des travestissements, des poses, de sa maîtrise de la palette. Talents qu’elle continue d’exploiter après un retour en France sous le Consulat et l’Empire, encore entrecoupé de séjours à l’étranger où l’aristocratie continue à se faire portraiturer. L’exposition révèle la sensibilité d’une femme qui ne fut pas toujours appréciée pour ses audaces. Enfin cette exposition met aussi en valeur les emprunts aux grands peintres flamands et italiens, Rubens en particulier qu’elle chérit, mais aussi Van Dyck, Titien et d’autres . On regrettera, néanmoins, l’œuvre d’Elisabeth Louise Vigée Le Brun paysagiste ait été quasiment occulté. L’exposition est accompagnée d’un riche catalogue qui présente une série de sept essais permettant de replacer l’artiste dans son temps où sensualité, volupté se peignent (Une femme de lumière, Elisabeth Louise Vigée Le Brun et « l’esprit européen »), d’analyser certains de ses choix (Entre réalité et fiction, les choix vestimentaires de Mme Vigée Le Brun), de présenter la place des femmes à l’Académie royale, de rappeler qu’elle fut aussi femme de plume. Ces essais sont suivis du catalogue des œuvres présentées accompagnées d’utiles commentaires. Enfin il faut souligner, cette fois, la qualité des reproductions. Elisabeth Louise Vigée Le Brun, Grand Palais, jusqu’au 11 janvier. Tous les jours sauf le mardi, de 10h à 20h ; nocturne le mercredi jusqu’à 22 heures. Fermeture à 18h les 24 et 31 décembre. Fermé le 25 décembre. Entrée Clemenceau

Michel Rapoport




News

Share this website


Headline video
Interview with Dr Jed Wentz, researcher and performer
Posted by Sabine Chaouche , on 02/05/2012 at 16:47

Gallery

Headline video
Interview de Jean-Denis Monory, acteur et metteur en scène.
Posted by Sabine Chaouche , on 03/01/2012 at 22:03

Newsletter subscription