Canular n°21 - 3 - Pièces de Plaute

Niveau : difficile

Retrouvez les véritables titres des pièces de Plaute. Attention aux pièges tendus par notre farceur de service !



L'Amphi triomphe
La Comédie des mânes
L'Arthrite à l'annulaire
Les Baksheeshs
Les Califes
Elastina ou l'étireur de corps
La Cafèt'
Le Paramythe
"Et pis" dit Guss
Les Mémères
Le Charmant
Le Seul Dard fanfaron
La Psalmodie de Brantôme
L'Oeil perçant
Le Petit Cartable grivois
Le Pasteur
Le Corsage
Minus
Les Trois Ecumes
Le Futal


Réponses ci-dessous. Answers below.

Canular n°21 - 3 - Pièces de Plaute
Amphitryon
La Comédie des ânes
La Marmite ou l'Aululaire
Les Bacchides
Les Captifs
Casina ou les Tireurs de sort
La Cassette
Le Parasite
Epidicus
Les Ménechmes
Le Marchand
Le Soldat fanfaron
La Comédie du fantôme (Le Revenant)
Le Persan
Le Petit Carthaginois
L'Imposteur
Le Cordage
Stichus
Les Trois Ecus
Le Brutal




Sabine Chaouche
04/27/2017

European Drama and Performance Studies - list of publications

Published:
N°1 - Le Développement du "grand spectacle" en France: Politiques, gestions, innovations. 1715-1864 - 2013 - 1
N°2 - L'Eloquence du silence. Dramaturgie du non-dit sur la scène théâtrale des XVIIe et XVIIIe siècles - 2014 - 1
N°3 - Le document iconographique dans son contexte : le hors-champ des images du spectacle - 2014 - 2
N°4 - Dance and the Dutch Republic - 2015 - 1
N°5 - Consuming Female Performers (from the 1850s to the 1950s) - 2015 - 2
N°6 - Shakespeare en scène, hier et aujourd'hui - 2016 - 1
N°7 - Le Suicide au théâtre - 2016 - 2
N°8 - Danse et morale, une approche généalogique/Dance and Morality : a diachronic historical approach 2017-1
[HS 1] - Déjouer l'injouable : la scène contemporaine à l'épreuve de l'impossible 2017
N°9 - Écrire pour la scène : auteurs de théâtre (XVe-XVIIIe siècles) 2017-2
N°10 - Masculinité et théâtre. 2018-1
N°11 - Le théâtre au collège. 2018-2

Sabine Chaouche
05/21/2017

Canular n°20 - 2 - Pièces de Sophocle

Niveau moyen

Retrouvez les véritables titres des pièces de Sophocle. Attention aux pièges tendus par notre farceur de service !

Tampax
Anti-gnôme
Les Trolls qui viennent
Vieux type roi
Les Spectres
File l'octet
Le Zip à colonnes
Les Piliers


Réponses ci-dessous. Answers below.

Canular n°20 - 2 - Pièces de Sophocle
Ajax
Antigone
Les Trachiniennes
Oedipe roi
Electre
Philoctète
Oedipe à Colone
Les Limiers

Sabine Chaouche
04/27/2017

Canular n°22 - 2 - Pièces d'Aristophane

Niveau : moyen

Retrouvez les véritables titres des pièces d'Aristophane. Attention aux pièges tendus par notre farceur de service !

Les Acharnés
Les Caves alliées
Les Buées
Les Guêpières
Les Oies d'eau
Les Thermo-souris
L'Aigre Nouille



Réponses ci-desous! Answers below!

Canular n°22 - 2 - Pièces d'Aristophane
Les Acharniens
Les Cavaliers
Les Nuées
Les Guêpes
Les Oiseaux
Les Thesmophories
Les Grenouilles

Sabine Chaouche
05/09/2017

Gallery
Sunday, February 15th 2015
Read 419 times

Monologues intérieurs - Downtown 4




Cet écrit comporte une certaine dose de violence verbale. Lecteur sensible s'abstenir...


Ce salaud je voudrais pouvoir le… mais qu’est-ce que j’ai fait pour mériter ça ! Si j’avais su ! RAS LE BOL DE CETTE VIE DE MA VIE DE MERDE QU’EST CE QUE JE PEUX FAIRE POUR M’EN SORTIR JE VOUDRAIS ETRE MORTE… et Louisa s’arrachait les cheveux et Louisa sentait l’angoisse qui enflait et Louisa se mettait à chialer à mort sur son canapé, le visage enfoui dans ses genoux. La tension contractait ses muscles les nerfs se crispaient la force brutale de la crise jaillissait et la nausée lui serrait la gorge et l’estomac. ET CE PUTAIN DE SAPIN J’EN AI MARRE DE LE VOIR TOUS LES JOURS. TOUS LES JOURS A LA MEME PLACE CE PUTAIN DE SAPIN ET CES PUTAINS D’IMMEUBLES REMPLIS DE SALES MERDEUX PLEINS DE FRIC QUI VIVENT HEUREUX AVEC LEURS PUTAINS DE MIOCHES. Et Louisa jetait un œil en direction de la fenêtre et il lui apparaissait, encore et toujours. Comment a-t-il pu me faire ça, moi qui aurait fait n’importe quoi pour lui. Aucune justice dans cette putain de vie. ET SA CONNASSE JE VAIS LUI FAIRE RECRACHER SON GOSSE PAR LA GUEULE JE VAIS ALLER L’ATTENDRE UN SOIR ET JE VAIS LUI FOUTRE UN COUP DE POING DANS SON GROS BIDE UN COUP DE POING ET ENCORE ET ENCORE JUSQUA CE QU’ELLE LE VOMISSE POUR QU’ELLE SENTE UN PEU CE QU’EST LA SOUFFRANCE. ET SUR SA MOTO A LUI JE VAIS TAGUER UNE GROSSE BITE POUR QU’IL COLLE SON CUL DESSUS PARCE QU’IL N’EST QU’UNE ORDURE DE PREMIERE JE VAIS FAIRE UNE SUPER CONNERIE LA BOUSILLER LA FAIRE EXPLOSER COMME SA GUEULE QUE JE VAIS DEFONCER LE TUER C’EST TOUT CE QU’IL MERITE ET APRES JE ME BUTTERAI… Et Louisa sentait le vide autour d’elle et quelque chose qui criait dans son corps, les éléments qui se tiraient comme des élastiques et ses membres douloureux les mâchoires le poing serrés la force surgissait de nulle part tempétueuse hargneuse. L’envie de se foutre par la fenêtre ou de s’arracher la peau, au néant. Et elle se levait d’un bond, se rasseyait, voulait puis se ravisait. Puis finalement allait chercher le matos, se roulait un spliff pour faire passer la panique s’absorbait à le faire bien, beau, bien conique et bien chargé. Et elle se rasseyait sur le canapé et fumait en écoutant un truc mélancolique, aspirait avec application, se concentrant sur la longueur du joint qui diminuait en volutes, sur la cendre, la brûlure dans sa gorge à chaque bouffée, ne pensant qu’à la fumée retenue prisonnière le plus longtemps possible puis soudainement expirée toute blanche, après deux bouffées sentant déjà son esprit tournoyer et puis elle se mettait à rire en s’imaginant qu’elle n’était plus qu’une sale camée qui picolait, qu’elle était finie, plus rien de rien sinon une ratée, QU’IL N’Y AVAIT QUE CA DANS LEQUEL ELLE EXCELLAIT : LE RATAGE COMPLET, QUE SON PLUS GRAND CRIME C’ETAIT DE L’AVOIR AIME CE SALE FILS DE PUTE QUE TOUT CA C’ETAIT SA FAUTE A CET ENFOIRE QU’ELLE L’AVAIT BIEN DANS LE CUL MAINTENANT, QU’IL POUVAIT ETRE FIER DE LUI QU’IL AVAIT REUSSI QUE CONTRAIREMENT A LUI ELLE ETAIT PAS SEULEMENET « MEURTRIE », ELLE, QU’ELLE ETAIT DETRUITE, COMPLETEMENT DETRUITE. MAIS QUE POUR LUI CA N’AVAIT AUCUNE IMPORTANCE. Et le goût de la fumée l’entourait et sa main tremblait ses muscles tressautaient par à-coups et les larmes roulaient brûlantes silencieuses entrecoupées d’éclats de rire. ET PUIS D’ABORD QU’IL AVAIT MEME PAS CHERCHE A SAVOIR CE QU’ELLE DEVENAIT, QU’IL N’ETAIT QU’UN MENTEUR, UN MALHONNETE POURRI D’ORGUEIL QUE S’IL L’AVAIT AIMEE NE SERAIT-CE QU’UN PETIT PEU IL AURAIT CHERCHE A LA CONTACTER MAIS QUE DE TOUTES FACONS COMME IL NE L’AVAIT JAMAIS AIME C’ETAIT DEBILE DE SE DIRE DES TRUCS PAREILS. QU’IL N’AVAIT QU’UN CERVEAU ET RIEN D’AUTRE, QU’IL N’ETAIT QUE SEC ET… Il s’approchait et elle faisait l’indifférente, vaguement mal à l’aise et elle sentait son regard s’appesantir sur elle interrogateur et froid et le nœud recommençait à se former dans ses tripes à elle les larmes à embuer ses yeux alors le décor changeait elle se voyait l’incendier en pleine rue, TIENS PRENDS CA et elle voyait les traînées rouges, quatre rayures qui lui zébraient SA GUEULE DE GROS NAZE ELLE L’AVAIT BIEN ARRANGEE et elle aurait voulu continuer à lui lacérer le visage jusqu’à ce qu’il n’en reste que des lambeaux dans sa mémoire, et lui d’abord surpris voulait la maîtriser et elle se défoulait laissant libre-cours à sa joie de le cogner toujours plus puis elle subissait le défilé des images qui se bousculaient, instants figés qui s’animaient dans sa tête, et ça la déchirait à l’intérieur sans pourtant qu’elle ressente encore de la haine juste de la tristesse une si profonde tristesse à le revoir passer devant elle ce jour-là celui qu’elle avait adoré passant juste par un hasard absurde après toutes ces années pendant lesquelles elle bouffait de la peine. Il avait fallu qu’elle le revoie et soudainement tout avait giclé là intact, la douleur cinglante et le voilà qui revenait hâbleur lui parlant l’assurance de plaire brillant au fond de ses yeux et son sourire de satisfaction, alors ça devenait plus violent cette mauvaise pression qui lui tiraillait la gorge, la bile remontant avec un goût métallique. MAUDIT SOIS-TU POUR TOUT LE MAL QUE TU M’AS FAIT… MAUDIT SOIS-TU ESPECE DE FUMIER DE TA RACE MAUDIT SOIS-TU et peu à peu il s’éloignait et peu à peu Louisa s’ahurissait se réveillait des heures après plus lasse les oreilles sifflant, au soir tombant, les yeux plus gonflés les lèvres sèches, et elle se traînait et Louisa le voyait encore planté là, devant elle PUTAIN C’EST PAS VRAI, elle le voyait NOM DE DIEU, bien accroché à sa vue CE FOUTU SAPIN DE MERDE.

Sabine Chaouche